Les Groupes Locaux d’Anticor n’ont pas la capacité juridique pour ester en justice ou saisir le Conseil Constitutionnel.

C’est donc comme souvent partout en France, un adhérent d’Anticor, Responsable Local, domicilié et contribuable dans la collectivité ou le département intéressé qui initie les démarches.

Dans le département voisin de l’Hérault, c’est Nathalie MEDEIROS, co-fondatrice du Groupe Local ami et membre du bureau départemental d’Anticor34, conduit par Christophe HEBERT, qui vient de saisir le Conseil Constitutionnel pour demander l’annulation de l’élection de Robert NAVARRO au poste de Sénateur de l’Hérault.

Le bureau d’Anticor34 avec notamment son responsable Christophe HEBERT et Nathalie MEDEIROS entourés de Séverine TESSIER (Présidente), Eric ALT (Vice-Président) et Nathalie TORTRAT (Secrétaire Générale)

Séverine TESSIER, avec Christophe HEBERT Responsable d'Anticor dans l'Hérault, lors de la venue de la Présidente nationale en Languedoc les 4 et 5 septembre.

Séverine TESSIER, avec Christophe HEBERT Responsable d’Anticor dans l’Hérault, lors de la venue de la Présidente nationale en Languedoc les 4 et 5 septembre.

Robert NAVARRO à qui il est reproché de ne pas avoir respecté le délai légal de 1 mois pour convoquer le Conseil Régional  du Languedoc Roussillon, alors qu’il en assurait la Présidence suite au décès de Christian BOURQUIN, dans le but électoraliste de se présenter devant les Grands Électeurs qui votaient le 28 septembre avec le statut de Président de Région.

Si une partie des Conseillers Régionaux et le Préfet, on s’en souvient, avaient eux aussi contesté cette élection visant a désigner l’exécutif régional et avaient été déboutés par les juges du Tribunal Administratif, ce sera donc maintenant aux Sages du Conseil Constitutionnel qui ne sont pas tenus de suivre l’avis des premiers juges, de se prononcer.

L'ex-premier secrétaire de la fédération socialiste de l'Hérault, Robert Navarro, le 11 mars 2008 à Montpellier.

Robert NAVARRO Sénateur et Conseiller Régional

Voici le communiqué transmis aux Groupes Locaux et à la Présidente nationale afin que nous le diffusions.

Lettre ouverte à Robert Navarro sénateur de l’Hérault

Mr Navarro, le 8 octobre 2014, j’ai déposé auprès du Conseil constitutionnel une demande d’annulation de votre élection. Votre réélection au Sénat le 28/9/2014 a laissé perplexe et désabusée la citoyenne militante que je suis. En effet, outre votre mise en cause dans des affaires d’enrichissement personnel et d’abus de confiance, vous n’avez pas respecté la loi.

Suite au décès de Christian Bourquin, Président de la Région Languedoc-Roussillon, vous avez assumé l’intérim. Afin d’élire le nouveau Président, vous aviez un mois maximum -soit jusqu’au 26/09- pour réunir les conseillers régionaux. Or, animé de vils desseins électoralistes, vous n’avez réuni le Conseil Régional que le 29/09/2014, soit 3 jours après le délai légal, dans le but avoué de vous placer en position favorable pour être réélu sénateur par vos pairs grands électeurs. Cela ne serait-il pas un abus de droit pour influencer le vote ?

Quelle est votre légitimité, Mr Navarro, si le parlementaire que vous êtes ne respecte pas les lois de la République ? Quelle est votre crédibilité, Mr Navarro, si, au cours des 12 derniers mois, vous avez été une seule fois présent (en juillet 2014) dans l’hémicycle sénatorial (source : nosenateurs.fr)? En quoi Mr Navarro avez-vous fait avancer les politiques européennes si, au cours de votre mandat de député européen (2004-2008), votre taux de présence à Bruxelles a atteint difficilement les 50%? Quel surhomme êtes-vous donc Mr Navarro pour avoir été à la fois vice-président de région et sénateur et secrétaire de la fédération socialiste de l’Hérault, jusqu’à ce que le PS vous en exclue?

Si le Conseil constitutionnel me donne raison et invalide votre élection, j’irai manger une pizza ou plutôt beaucoup de pizzas!

Bien à vous

Nathalie Medeiros,
Adhérente de ANTICOR (http://www.anticor.org)