Les élections municipales qui ont exprimé le rejet d’un grand nombre de Maires sortants, ont battus tous les records d’abstention et ont fait fortement progresser le vote extrême.

Ces résultats ont malheureusement confirmé une large défiance prévisible envers nos élus et partis traditionnels.

Notre satisfaction est que d’autres pratiques politiques semblent se mettre en place grâce à des élus qui ont compris le message des électeurs.

A Carcassonne ou après la victoire en Mairie de Gérard LARRAT, signataire de la Charte Anticor un signe positif est venu des élections au Conseil Communautaire.

Lors du renouvellement de la Communauté d’Agglomération, les 123 élus, majoritairement socialistes ont tiré un trait définitif sur la gestion passée du Député, ex-maire cumulard Jean-Claude PEREZ, en portant à la Présidence le maire d’une commune rurale,  Régis BANQUET et en accordant le poste de premier Vice Président au nouveau maire divers droite de Carcassonne pour respecter le choix exprimé dans les urnes.

77 votes sur 123 se sont portés sur Régis Banquet.

Régis BANQUET Maire Socialiste d’Alzonne illustre le respect de la démocratie et affirme son sens de l’intérêt général.

Un geste important puisque l’ancien Maire Socialiste Jean-Claude PEREZ, pourtant candidat et élu Carcassonnais Minoritaire, a été battu par Gérard LARRAT qui a recueilli un nombre important de voix d’élus socialistes.

http://www.lindependant.fr/2014/04/11/carcassonne-agglo-larrat-bat-perez-pour-la-premiere-vice-presidence,1870503.php

Les élus ont voulu ainsi tourner une page et permettre, sans ostracisme que la majorité municipale élue démocratiquement soit représentée et associée à la gestion de cette collectivité.

Le deuxième geste fort est l’annonce de réduire les indemnités aux élus qui a été voté par cette assemblée.

Le Président percevra une indemnité mensuelle brute de 3763€ au lieu des 5551€ possibles et les Vice-Présidents, 1378€ au lieu des 2508 possibles.

Des gestes en phase avec les attentes des électeurs!

Ces élus, qu’ils soient de droite ou de gauche, ont compris le message des électeurs et respectent l’expression démocratique, les petits arrangements et magouilles ont été laissées de coté pour pouvoir travailler ensemble et enfin avoir des pratiques politiques différentes.

Malheureusement, Narbonne reste un cas à part puisque c’est plutôt le message du sectarisme qui a été apporté aux électeurs, preuve que dans cette commune, certains élus aujourd’hui minoritaire, n’ont toujours rien compris.

En effet, après la victoire du nouveau maire Didier MOULY à la tête de la principale ville de la Communauté d’Agglomération du Grand Narbonne et la défaite de Jacques BASCOU ancien maire socialiste, ce dernier, après avoir emporté la Présidence du Grand Narbonne et fait un discours d’annonce d’une gestion future sans ostracisme, n’a accordé aucune Vice Présidence à la liste portée majoritairement par les électeurs de la ville qui représente 70% du financement de cette collectivité.

Déni de démocratie comme évoqué par certains ou espoir qu’une cohabitation sera plus efficace comme annoncé par d’autres?

Après une contestation des résultats électoraux devant la justice, l’épisode d’une élection à l’exécutif du Grand Narbonne empreinte, même si le Président Bascou s’en défend, de ces petits arrangements entre « amis » qui ne grandissent pas la politique, c’est un Conseil Municipal houleux, éloigné de l’image d’adultes responsable qui nous permet d’affirmer que:

Ce qui se passe à Narbonne confirme que certains élus n’ont encore rien compris aux attentes des citoyens…c’est dommage.