Le bureau National d’anticor à Paris vient de recevoir une sommation par voie d’huissier dans le cadre d’une procédure judiciaire de retirer 15 commentaires du site d’anticor11.
Bien évidement, nous avons retiré les 15 commentaires en question sur les 1002 commentaires en ligne afin de ne pas froisser plus la susceptibilité des personnes qui se sont senties offensées.
Ces 15 commentaires rejoignent donc la « corbeille »  du site, parmi les commentaires que notre modérateur a jugé utile de supprimer selon la charte des commentaires figurant dans le bandeau de contact.
« Attention, les commentaires sont parfois ouverts, parfois fermés, ceci en fonction de la disponibilité du modérateur. Veuillez SVP éviter de déposer des commentaires polémistes et surtout en dehors des objectifs d’Anticor, ainsi bien entendu, que tous commentaires réprimés par la loi ou la morale.Ces commentaires éventuels seraient alors sous la responsabilité de leur auteur en cas de poursuites. A l’inverse, si certains commentaires qui nous auraient échappés vous semblent ne pas respecter ces instructions, n’hésitez pas à nous le signaler par mail, ils seraient immédiatement supprimés. »
Il est bon de rappeler qu’Anticor est une association qui ne vit que de dons et cotisations d’élus et de citoyens soucieux de développer plus d’éthique en politique et de lutter contre la corruption.
A contrario, des élus et des citoyens dont notre présence peut déranger, n’hésitent pas à utiliser des moyens qui nous obligent à de plus en plus de prudence.
Si c’est malheureusement la rançon du succès de notre action, c’est aussi la raison qui nous oblige à nous interroger sur les commentaires grace auxquels, de nombreux citoyens et mêmes élus avaient pu jusqu’à ce jour s’exprimer en toute liberté dans le respect de notre charte.

censure

Ces 15 commentaires qui s’échelonnent sur plusieurs mois concernaient un sujet sensible du Narbonnais qui fait d’ailleurs l’objet de 2 enquêtes pénales
( marchés public notamment)  et ou 2 internautes avaient jugés utile de nous alerter.
Nous nous excusons donc auprès de tous les internautes qui fréquentent de plus en plus nombreux notre site, de devoir renforcer notre vigilance, notre association n’étant elle, financée que par ses adhérents.
C’est dommage que ce lieu d’échange et d’alerte citoyenne ne puisse plus remplir aussi largement qu’on le voudrait son rôle. La liberté d’expression nous tient très à cœur, c’est pourquoi nous affûtons notre regard.

Une fenêtre d’expression se ferme donc à Narbonne…mais rassurez-vous, la porte d’anticor11 elle, reste grande ouverte!