Christian BOURQUIN déclare au Midi Libre qu’il n’a pas la plainte déposée par Maître Olivier TAOUMI, avocat Montpelliérain …

A anticor11, nous avons le dossier de plainte déposé par Maître Olivier TAOUMI avocat Marseillais ou on peut noter:

Qu’au delà des griefs techniques évoqués par Christian BOURQUIN (sans avoir la plainte?) ou la société concurrente Publicis Active, 20% moins chère pour le contribuable est écartée après sur-évalutation des autres notes de « Sens Inédit », c’est aussi et surtout sur le fond que des questions demeurent et que Christian BOURQUIN ne peut évacuer d’un revers de main en disant: »l’avocat qui porte plainte est un politicard! ».

Déjà condamné à 2 reprises en correctionnelle et la dernière fois pour des faits similaires, Christian BOURQUIN qui n’a jamais convaincu ses juges, même en appel, avec toujours le même argument: « c’est Politique! »

Il devra une fois encore, s’expliquer et tenter de prouver qu’il est « blanc comme neige » ou en tout cas comme il le prétend.

Comment en effet, ces 2 amis, parents et alliés de longue date que sont Christian BOURQUIN et Pascal PROVENCEL, qui sortent le mois précédent d’une condamnation pénale pour délit de favoritisme dans l’affaire de la société Synthèse (rebaptisée Sens Inédit et qui obtient la plupart des marchés du Languedoc Roussillon en laissant parfois quelques subsistes à leurs amis politiques de Wonderfull) pourront-ils éviter une condamnation en récidive?

Là ou Christian BOURQUIN a raison, c’est qu’effectivement une question politique se posera dans un deuxième temps si l’incorrigible élu qu’il est devenait inéligible.

Toujours serein, mais jusqu'à quand?

Toujours serein, mais jusqu'à quand?

Christian Bourquin : « Taoumi se place sur le terrain politicard »

Midilibre.fr

Le président de Région a réagi à la plainte déposée le 10 décembre par un avocat montpelliérain pour délit de favoritisme.

Lundi 10 décembre, Olivier Taoumi, un avocat montpelliérain, a annoncé qu’il déposait plainte pour délit de favoritisme contre Christian Bourquin, le président du conseil régional. En cause : deux marchés de communication attribués cette année par la Région à la société Sens Inédit, dirigée par Pascal Provencel, lui aussi visé par la plainte.

Une plainte déposée peu après la condamnation de Christian Bourquin en appel à Bordeaux pour délit de favoritisme dans un dossier où était impliqué ce même Pascal Provencel. Le président de Région a bien voulu réagir.

« D’abord, où cette plainte a-t-elle été déposée ? Devant les tribunaux ? Pour ma part, je n’ai rien. Alors, je note qu’il a surtout déposé plainte devant les journalistes. En l’état, je ne peux rien commenter. Quand j’ai pris connaissance de ces déclarations, je suis allé voir mes services pour savoir de quoi il en retournait. En fait, son attaque reste dans le domaine de la technique. Il reproche le choix d’un tel plutôt qu’un tel autre. Et puis, qui est Monsieur Taoumi ? Cet énergumène au parcours chaotique me laisse perplexe. Ce qu’il fait là est plus qu’un acte médisant. Je le place sur le terrain politicard. Il veut apparaître comme Zorro. Les municipales à Montpellier constituent son objectif. Ça disqualifie ses propos. D’autant qu’il m’attaque moi, mais aussi Jean-Pierre Moure et André Vezinhet. »