Le Président du Conseil Régional du Languedoc Roussillon et Sénateur des Pyrénées Orientales, vient d’être condamné à 2 mois de prison avec sursis pour délit de favoritisme.

Nous espérons que de lui même, ou sur les sages conseils que pourraient lui prodiguer son entourage du Parti Socialiste, il suspendra ces mandats jusqu’à la décision définitive des tribunaux puisqu’il a fait appel de sa condamnation.

En effet, cet élu qui est qu’en même le représentant de notre région allonge la liste des élus déjà condamnés pour des délits financiers et toujours en excercice et contribue à véhiculer une image fortement négative de l’ensemble de la classe politique.

Un élu doit être exemplaire, au moins dans et pendant l’exercice de son mandat et le moins que l’on puisse dire, c’est que notre Président de Région élu le 10 novembre 2010 malgré une première condamnation pénale 2 jours avant, n’aura pas perdu de temps pour être condamné une deuxième fois.

Nous rappelons que l’association Anticor à déjà fait signer sa Charte Ethique à plus d’une centaine d’élus.

Bien entendu, Christian BOURQUIN ne l’a pas signé, comme d’ailleurs aucun élus de notre département.

En voici un extrait:

CHARTE ETHIQUE DES COLLECTIVITES LOCALES

Article 10 :

Suspension d’un élu condamné pour délits financiers en première instance et faisant appel:

 » Lorsqu’un élu est condamné en première instance pour un délit financier, il est souhaitable que son mandat soit interrompu afin que la justice puisse suivre son cours en toute sérénité. Ce principe s’inspire de la morale républicaine qui veut que tout élu soit un modèle d’exemplarité pour l’ensemble des citoyens. »

Nous apprenons à l’instant avec satisfaction qu’ EELV Languedoc Roussillon demande aussi au Président de notre région de suspendre son mandat.

Favoritisme:Bourquin doit « démissionner »

AFP
12/01/2012 | Mise à jour : 16:44 | Réactions (20)

Europe Ecologie les Verts (EELV) Languedoc Roussillon a demandé aujourd’hui au Parti socialiste qu’il exige la démission du président du conseil régional Christian Bourquin, condamné à deux mois de prison avec sursis pour délit de favoritisme.

« EELV Languedoc-Roussillon, attristé par ces faits (la condamnation, NDLR), espère vivement que le Parti socialiste exigera le départ de Monsieur Christian Bourquin de ses fonctions électives », indique le parti écologiste, rappelant que M. Bourquin est condamné pour « la seconde fois » pénalement, la première étant « pour complicité de faux et minoration des comptes de campagne ».

« Ces condamnations témoignent de manquements graves à l’obligation de vérité et de loyauté que tout élu doit à ses administrés. C’est à ce prix que la promesse d’une République exemplaire, chère aux forces de gauche et à nos concitoyens, deviendra une réalité », a ajouté EELV.

Christian Bourquin, réintégré au PS juste avant les Fêtes, sénateur et président du conseil régional du Languedoc-Roussillon depuis 2010 et le décès de Georges Frêche, a été condamné aujourd’hui pour délit de favoritisme remontant à 1999, conformément aux réquisitions du parquet. Son avocat a indiqué qu’il allait faire appel de la condamnation de son client et plaiderait la relaxe comme en première instance.