Édition du vendredi 27 novembre 2009

Carcassonne. Villardonnel Le promoteur de « La Royale » sort de l’ombre

 

Le complexe résidentiel et de loisirs de La Royale, à Villardonnel, va-t-il enfin sortir de l’ombre ? « Oui » , répond Jacques Ouwerx, représentant de la société Land Bridge Capital (lire ci-dessous) .
Hier matin, il a tenu une conférence de presse pour présenter le projet, dans lequel il assure avoir « déjà investi plus de 7 millions d’euros » . Entouré de M e Pierre Morel, avocat parisien, et de Thierry Lefebvre, spécialiste de l’aménagement des golfs recruté par LBC, Jacques Ouwerx reconnaît avoir « failli dans la communication » (…). Je voulais régler toutes les autorisations avant d’intervenir publiquement. J’ai eu tort ».
Et l’aménageur d’exposer : « LBC est une société par actions simplifiée au capital de 1 million d’euros, présidée par John Wright

et dont les associés sont Jacques Ouwerx et LBC ». Elle est « financée par une fondation familiale » , la sienne, « qui investit dans des projets fonciers et immobiliers en partenariat avec la société Savill’s ».
LBC, propriétaire des terrains depuis 2005, porte le projet La Royale qui comprend « un golf de 18 trous, un club-house, un hôtel, une résidence de tourisme, des restaurants et magasins, un centre aquatique, des villas, etc ». Le chantier a démarré en automne 2008 et « nous espérons ouvrir les neuf premiers trous en juin 2011 et le golf entier en juin 2012 » . Pour les hameaux, les installations sportives et l’hôtel, « le calendrier dépend de l’avancée de la première phase. Une fois que le golf sera prêt, nous pourrons aller chercher des investisseurs pour avancer les autres phases ».
Outre les procédures judiciaires en cours (lire ci-contre) , reste à régler les litiges qui opposent LBC à la commune de Villardonnel, depuis les élections de mars 2008. Celui du déclassement du chemin communal, d’abord voté, puis annulé par le conseil municipal. LBC a déposé un recours devant le tribunal administratif. Déboutée « pour une raison de procédure » , elle a fait appel.
Autre problème, la caution bancaire. Le maire, Daniel Géri, réclame qu’elle soit déposée pour l’ensemble du projet. « Ce n’est pas nécessaire, rétorque M e Morel. Elle ne porte que sur les équipements publics : le réservoir d’eau potable, les réseaux d’eaux potable et usées et la station d’épuration ». « Ces travaux n’interviendront que dans la deuxième phase, avec la construction du premier hameau » , ajoute Jacques Ouwerx, pour qui La Royale est « une réalisation privée, financée par des capitaux privés, sans aide publique ».
Concernant les relations tendues avec la municipalité de Villardonnel, Jacques Ouwerx assure ne demander qu’une chose : « Rencontrer M. Géri et discuter sereinement avec lui ». Ajoutant : « Je suis d’accord pour que le préfet organise une rencontre et joue un rôle de médiateur ».
La bonne volonté affichée par Jacques Ouwerx suffira-t-elle à dissiper le trouble qui entoure ce dossier ? Photo Nathalie AMEN-VALS

Séverine TROUCAT (L’Indépendant)